lundi 13 avril 2009

Je suis ton père, enfin...ta mère


Attention, éloignez les enfants de l'ordinateur. Ce qui va suivre risque de choquer les âmes sensibles : Le père de Némo est en fait sa mère.

En effet, chez les poissons clown (Amphiprion bicinctus), la sexualité s'offre quelques originalités et changements de cap. Ils font ainsi partie des (environ) 10% d'espèces de poissons transsexuels peuplant les eaux.

C'est ainsi que, chez ces poissons-anémone, on vit en couple monogame, une femelle et un mâle entourés de plus petits mâles (juvéniles, ou subadultes) sexuellement inactifs et chacun reste à sa place. Mais lorsque, par grand malheur, la femelle du couple meurt, alors tout change dans cette petite population.


Le mâle du couple, fait son deuil d'une façon plutôt originale : son corps se transforme, il grossit, ses caractères changent...Au bout de 4 semaines, il devient femelle, prête à se reproduire et à succéder à sa défunte compagne. Les plus petits mâles qui restaient depuis lors dans l'ombre du mâle dominant entrent en conflit pour prendre cette place si convoitée. Ce sera le plus combatif d'entre eux qui accédera à cette position, ses organes sexuels vont devenir productifs et il pourra se reproduire. Un nouveau couple est formé.

Donc si vous me suivez, la maman de Némo étant morte mangée par un méchant poisson, le père de némo aurait dû passer par la transition et devenir femelle le temps de retrouver son fils ! (Oui, je pense à des choses très utiles en cours).



Sources : La recherche

10 commentaires:

  1. C’est vraiment très curieux. On rencontrerait ce phénomène chez des insectes, bon, on serait un peu épaté, mais sans plus. Mais chez des vertébrés ça laisse songeur... c’est que nous sommes de proches parents !

    Euh, c’est pas un poisson d’avril quand-même ?!

    Hervé

    RépondreSupprimer
  2. Je te rassure Hervé, ce n'est absolument pas un poisson d'avril :). D'ailleurs, je voulais en faire un, mais j'ai loupé le coche !

    Les animaux font des choses bizarres avec leurs corps, en effet, et même chez des plus gros vertébrés. On peut noter les inhibitions sexuelles comme chez les loups ou chez les rats taupe. Je pourrais facilement baser ce blog uniquement sur des anecdotes de la sexualité des animaux tant elle est diverse et originale

    RépondreSupprimer
  3. Du cul !

    Euh... bon, une question m’a traversé la tête ce matin (aïe). On connaît plein d’exemples d’espèces parthénogénétiques ; elles fabriques leurs œufs par mitose, n’est-ce-pas ?

    Voilà ma question : est-ce qu’il n’y aurait pas quelques originales qui feraient deux méioses avant de faire une fusion ? Ça serait une bonne idée de leur part, une idée qui mettrait à mal le « cliquet de Müller » dont je me ferai un plaisir de te parler si tu ne connais pas déjà ça sur le bout des doigts !

    Hervé

    RépondreSupprimer
  4. OK, j’ai trouvé ; ça existe, le mot clef est « apomixie ». Et décidément il faut que je commande les bouquins de John Maynard Smith !

    RépondreSupprimer
  5. Automixie, pas apomxie !!!

    Quelle andouille !

    RépondreSupprimer
  6. Salut Hervé,

    Je vois que tu t'autoréponds, c'est parfait lol !
    Par contre, non je connais pas le "cliquet de Müler" (ou alors j'ai zappé ce nom, vu ma mémoire de gobi quand il s'agit de retenir des noms)

    RépondreSupprimer
  7. bonjour,

    Ce cas n'est pas du tout isolé chez les poissons et je parlerais plutôt d'hermaphrodisme successif. Par exemple les Girelles, petits poissons très abondants et caractéristiques de la mer méditerranée, les individus vivent en harem, un mâle entouré de nombreuses femelles. Quand ce mâle vient à mourir, l'une des femelles subit alors des changement morphologique et devient le nouveau mâle dominant. Nous avons donc ici un cas similaire à celui de Nemo, si ce n'est que le changement de sexe n'est pas le même.

    Pour citer d'autre exemple, le merou change lui aussi de sexe, mais la ce n'est pas le contexte biotique qui le détermine mais son age. Celui ci est d'abord femelle puis lorsque celui ci atteint 10-15 il devient mâle.

    Le changement de sexe, de mâle vers femelle et aussi largement présent chez les poissons, saupes, dorades par exemple.

    Thomas

    RépondreSupprimer
  8. il manque aussi une partie dans Nemo :

    Puisque nemo est le seul enfant (mâle non actif) de ses parents,
    avec la mort de sa mère et le changement de sexe de son père, il va devenir mâle actif,
    et donc enfanter avec son père devenu femelle (bonjour Freud et Oedipe...)

    RépondreSupprimer
  9. Ca me turlupine vos histoires. Je m'étais déjà posé la question devant Jurassic Park (oui, bon... j'ai pas fait licence de bio moi, chacun ses références) avec les grenouilles qui changent de sexe. Dans la mesure où ce sont nos chromosomes sexuels qui définissent le sexe de l'individu et qu'un individu ne peut decement pas muter toutes ses cellules, comment peut-il endosser les caractères sexuels de l'autre sexe et, surtout, rester fertile ?

    RépondreSupprimer
  10. J'ai pas la réponse exacte, mais je serais bien tentée par un changement d'expression du génome !

    Tu as les mêmes chromosomes dans toutes tes cellules, pourtant il en existe une multitude de sorte ! Ainsi les effets environnementaux pourraient modifier l'expression dans les cellules germinales et pof !

    RépondreSupprimer

Ce site n'étant pas un panneau publicitaire, je vous prie de ne pas faire de publicité pour d'autres sites, produits, et autres, sans liens avec mon blog. Merci